Xavier Bordes

16. RÉTABLISSEMENT

.

Quoique la Nuit se balance avec des grâces de tulipe noire et de cobra charmé, tu ne t’y fies pas. Pour faire taire son silence, tu tapisses l’obscurité de mots, r’allumant parfois la lampe de chevet, en sel de l’Hymalaya, pour prendre quelques notes. Alors ton ombre se penche sur ton épaule et, l’oeil critique, relit.

.

Le réveil lumineux affiche 03.12 en chiffre numériques rouge-vif. Pourtant, l’on entend toujours quelque part l’aller-retour du balancier doré de la franc-comtoise, en sentinelle dans l’ombre de l’entrée, chez tes parents disparus. Il ne reste rien d’ailleurs de leur espace, de leurs objets familiers, de leurs meubles.

.

Parfois, il m’arrive aussi de sentir près de mes pieds bondir sur le lit un chat noir au nom d’écrivain. Passé hallucinogène. A force de rage et de désespoir, je vais rebâtir de toutes pièces un formidable printemps, illuminé de vergers en…

Voir l’article original 15 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s