Bruissements

Lola Dupré

J’ai les bras aussi longs qu’ils me servent de cœur

mais pour marcher c’est comme si mon corps avait été renié

né sans tibias   n’ayant que de frêles ailes

comme les papillons de nuit

j’hypnotise  les lueurs

et me laisse prendre par une infernale ronde

on n’entend plus que le bruit de mes ailes ou de mon cœur qui bat

happant en vain les moindres pans de lumière

brassant sans fin les ténèbres

mais non finalement ce n’est que le roulement de la vieille manivelle

d’un vieil engin rouillé qui grince dans mon dos

Etruscan Painting 2

Tibia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s