vil

La ville s’habille de bruits et brille

La ville s’arme de larmes,

coince dans les cris et vrille

nos camisoles, ces boucliers sans feinte.

La ville se rue et pue,

se recouvre de poils, devient cet animal.

La ville s’avilit et s’habitue peu à peu à devenir

l’insecte rongé par le feu de son propre grouillement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s