Sur ton lit

Les draps comme des liens rompus

deux corps

on dirait des lutteurs

mais non

ce sont ceux de deux hommes

qui s’accouplent

le sexe de l’un entre les amas de chair

cherche à rentrer dans le corps de l’autre

les visages se touchent, tentent un même regard

et me renvoient comme dans un miroir

ma propre laideur bestiale

les mêmes angoisses

qui délavent les âmes et défont les pensées.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.