Autobiographie William Cliff

7.

étant enfant et marchant au bord de la mer

j’étais effrayé de voir accourir les vagues

plus hautes que mon enfance et si carnassières

qu’elles semblaient vouloir me prendre en leurs mâchoires

***

sur le sable je les voyais venir mourir

et m’étonnais qu’elles ne montent pas plus près

pour m’attraper d’un coup de langue me saisir

m’entraîner dans leur ventre où je disparaîtrais

***

et aujourd’hui que j’ai grandi et que je marche

d’un air fier au bord de la mer et que ma marche

a fait le tour du monde je voudrais encor

***

avoir l’étonnement que j’avais en ce temps

redevenir semblable à l’enfant qui prétend

que cette onde n’accourt que pour manger son corps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s