L’objet sublime

Qu’est-il arrivé de l’espoir
qui s’écoulait comme un ruisseau
de tes yeux sur ma peau ?

Qu’as-tu fait des mes mots
qui évitaient la plaie de tes peines
pour assurer ton repos ?

Se pourrait-il que tu aies oublié
que je ferai se plier
les rochers les falaises

pour que tu sois à ton aise
pour chercher le chemin

qui fredonnerait tes chansons

Se pourrait-il que tu n’oses plus
me frôler
me parer
du feu de ta soif ?

Ne serais-je plus celle
qui contient à jamais ton secret et sa beauté?

Qu’est-il arrivé à tes mains
pour qu’elles ne modèlent plus ma faim
en la faisant tourner et tourner
comme chacun de tes sacrés mystères
qui rendent toutes les eaux bleues et claires?

Ernest Chaplet
Portail de la céramique
Alexandre Bigot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.