Intacte


de mes reins à l’épaule laisse-toi faire par ma peau

de la pointe coupante de tes ongles délimite le territoire du plaisir

de l’aine à l’aine en passant par le milieu répète mille fois que tu l’aimes

de ton cil à son ombre construis-moi une toute petite prison

de ton briquet allume l’incendie que nous n’éteindrons pas

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.