Si petit

 

Je me suis endormie là

dans la nacre de ce petit coquillage

sur cette aile de phalène

sur cette goutte de rose

Je me suis déposée sur ce lit

de mousse où la lumière elle-même

tourne et devient folle

je me suis mise à parler de l’or

qui coule comme une sève royale

sur les écorces frêles de tout jeunes sapins

je me suis mise à rêver d’un vent

qui porterait ton nom et du jour

où j’épouserai un papillon.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.