La faucille et le marteau

Chaque chose utile trouve finalement une place.

Celle de son ombre ou celle de ses contours.

En est-il aussi ainsi des êtres humains? Ceux qu’on envoie aux premières lignes de front, ceux qu’on met derrière le canon, ceux qu’on place en rétention? Et tous les autres qu’on laisse périr en troupeaux.

Cela paraît si simple de définir le monde. D’avoir pour chacun une réponse, un « à peu près » qui le cantonne, le met à sa place.

Chaque chose trouve une définition, dans un caveau. Dans une fosse commune. À quoi bon savoir, si c’est pour mettre ses idées dans le formol?

Chippedbeefpacking