Tendre

La seule chose qui sonde

la douceur chaude du vent

l’haleine mouvante du ciel

c’est le soleil

quand il se plante au sommet

du jour bleu

il arrive que la lumière forme des gouttes

en marchant à la surface

de mon étendue lisse comme un lac

Au fond ne me parviennent que les plus lourdes

perles

grises du ciel

comme j’aimerais que tes doigts réinventent

ferment

et puis ouvrent

toutes les petites portes

comme des taches sur mon ventre

car pour survenir

escalader la nuit

les lueurs froides

et les rides du vent sur les collines

et les plages

il faudrait que ta bouche

change la solitude du silence

en musique

quena-inmortal.mp3

2 commentaires sur « Tendre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s