Le pli

Le vent froisse les tissus de feuilles,

agite les branches des arbres comme s’il s’agissait de cheveux.

Qui donc entendrait encore le bruit de ta larme,

le pli qu’a pris soudain ton cœur parmi tout ce vacarme ?

Faut-il que le temps s’agite et grince de la sorte pour réveiller l’humain en toi ?

Faut-il qu’il frappe à ta porte pour qu’enfin tu sortes tes armes ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.