Condor

Mochica Headress Condor

Il est un de ces oiseaux de proie

et moi

j’attends l’acier de ces serres

Je vais sans plus me donner de sens

car son désir surpasse mes rêves

Il se déploie de sa plus cruelle envergure.

Il va comme une brûlure

il s’éloigne comme une morsure

Son ombre plane et ne m’accorde plus de trêve

quand décidera-t-il de me tuer quand

fera-t-il de moi la particule privée d’un tout

flottant dans le noir

quand me laissera-t-il quand

j’aurai encore envie de lui

envie d ‘éprouver au delà du possible

la coupure

le si douloureux

déchirement de mon être

attendre son divin manège

le ciel est tout autour de moi

il vole au plus profond de mon ventre en mon centre en mon sexe

j’espère follement cette nouvelle existence

tourbillonnante

friable

quand il me fera mal quand il me dévorera

sur les bords coupants de nos deux volontés

Je bénirai ces instants où il s’abattra sur moi

me dévoilera

se plantera à l’endroit

où nos désir et nos peurs sont

si incandescents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s