La fracture prend racine

Je me suis brisée le jour où je suis tombée de mon enfance. On m’avait poussée à devenir adulte. Je n’ai pas voulu souffrir de ces mêmes rages. Mes mots ont choisi ce jour-là, une autre voie. Mes rêves ont fait semblant d’être morts. Mon corps a continué de grandir malgré la faille et sans moi.

On ne pourrait plus dire avec le temps, si c’est à ma fracture qu’il est poussé un corps ou l’inverse. Avec le temps mes idées, ont trouvé à se creuser des ramifications. Mes oui, mon innocence ne vivent pas dans les apparences. Cette écorce épaisse et sèche, c’est la vieillesse qui s’entête à me dicter des lois que je n’entends pas. Mon désespoir a perdu son temps à essayer de vous attendrir. Mon ventre aura toujours faim. Je le sais, je le sens.

Mes idées ne sont pas forcées d’habiter là, dans ce tronc. Dans cette coquille de noix qu’on pourrait trouver laide. D’ailleurs, on le voit, plus personne n’habite cette dépouille. Ce n’est plus un humain qui s’est planté là. C’est l’obstination, le refus. Ma fracture. Mon nON.
L’image

Berlinde De Bruyckere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.