Or et noir

Tu te pares de noir, d’or et de blanc,

Tour à tour, l’une et puis l’autre,

Tu danses et se dessine une auréole

Tu enjambes les lettres comme les collines

Tu me tiens, tu m’enlaces, tu me berces et me câlines

Tu me prends la main et tu joints l’infini par les deux bouts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s